Management interculturel en entreprise : comment le pratiquer ?


Management interculturel en entreprise : comment le pratiquer ?

Embauche de salariés étrangers, télétravail depuis n’importe quel endroit sur Terre, partenariats internationaux, délocalisation de l’activité, création de filiales ou implantation de bureaux dans d’autres pays, rachat ou fusion d’entreprises, etc. : avec la mondialisation et un développement croissant de la mobilité internationale des travailleurs, l’univers professionnel est devenu de plus en plus global.

Vous faites partie des sociétés qui pensent et agissent à l’échelle planétaire ? Alors, un phénomène est certainement venu chambouler votre fonctionnement interne : l’apparition d’équipes multiculturelles avec des différences de comportement notables et des divergences de points de vue marquées entre collègues. Ainsi, bien que votre organisation cosmopolite possède de nombreux avantages, la gestion de la diversité peut s’avérer complexe. Si vous voulez tirer profit de la situation, vous devrez réussir à faire cohabiter des personnes aux spécificités culturelles fortes, mais hétéroclites. Comment pratiquer un bon management interculturel en entreprise pour coordonner des collaborateurs aux origines variées ? Décryptage complet.

Posséder des équipes multiculturelles : une grande richesse… mais aussi des défis à relever pour l’entreprise

En entreprise, la diversité culturelle est une richesse qui offre de nombreux avantages par rapport à la concurrence. Avec des salariés venus d’horizons différents, l’organisation dispose d’une large palette de compétences et peut s’appuyer sur des expériences variées. L’émulation au sein d’équipes hétéroclites permet alors de décupler le potentiel du groupe, qui devient notamment plus ouvert d’esprit, plus créatif, plus productif, plus adaptable, plus soudé, plus collaboratif, plus résilient, etc. Les conséquences directes sont de meilleures performances collectives, une capacité d’innovation accrue, une présence renforcée de l’entreprise sur le marché international, mais également un grand pouvoir d’attraction et de rétention des talents.

Néanmoins, pour obtenir tous les bénéfices promis par l’interculturalité, il faut être prêt à relever certains défis. Même si tous les membres d’une culture n’ont pas forcément un comportement homogène, il existera toujours des spécificités, des habitudes, des visions et des manières de penser divergentes. Selon l’origine des personnes, les us et coutumes ainsi que les valeurs peuvent d’ailleurs être diamétralement opposés à ceux de certains collègues. Cela se ressentira par exemple dans le rapport à la hiérarchie, dans l’organisation du travail, mais aussi dans la manière de communiquer, de négocier, de régler les conflits, etc. Si l’on ne fait pas attention, l’usage de stéréotypes, de mauvaises interprétations et de préjugés peuvent alors pointer le bout de leur nez. L’intégration et la cohésion de groupe seront donc en danger, ce qui nuira inévitablement à la compétitivité. D’où l’importance de maîtriser son management interculturel en entreprise !

4 clés pour pratiquer un excellent management interculturel en entreprise

Vous voulez tirer avantage de la multiculturalité présente au sein de vos effectifs ? Alors, il faudra mettre en place des actions adaptées pour gérer des collaborateurs venus d’horizons différents. Dans ce sens, voici les 4 clés pour pratiquer un excellent management interculturel en entreprise et tirer profit de la diversité.

1. Étudier, analyser et prendre en compte les différences culturelles de ses collaborateurs

Nous l’avons déjà dit : l’émulation présente au sein d’une équipe multiculturelle aboutit souvent à des résultats positivement surprenants. Alors, n’ignorez pas les différences culturelles qui existent entre vos collaborateurs. Au contraire, intéressez-vous réellement à celles-ci. Un bon management interculturel en entreprise passe effectivement par une identification, une reconnaissance, une analyse et une prise en compte des spécificités propres à la culture d’origine de chacun. Ces dernières portent généralement sur :

  • la communication verbale et corporelle (langage, ton, gestuelle, posture, regard, etc.) ;

  • la sphère professionnelle (sens du travail, bien-être en entreprise, méthodes d’organisation, rapport à la hiérarchie, gestion des conflits, rémunération, équilibre vie pro/vie perso, etc.) ;

  • le comportement (individuel ou collectif, introverti ou extraverti, direct ou indirect, mesuré ou audacieux, etc.) ;

  • la vision du monde (valeurs, traditions, droits et devoirs des humains, organisation de la société, gestion de l’espace et du temps, respect de l’environnement, importance de la santé, etc.).

Étudier, analyser et prendre en compte les différences culturelles de ses collaborateurs

Sans tomber dans les stéréotypes, le fait de vous renseigner sur les us et coutumes de vos salariés vous aidera à améliorer votre connaissance des codes suivis par chacun. Cette curiosité vous permettra de mieux comprendre le fonctionnement et les réactions individuelles pour tirer profit au maximum de la diversité culturelle existante en interne.

2. S’adapter en permanence aux spécificités culturelles pour gérer la diversité en interne

Lorsqu’ils sont responsables de personnes aux cultures différentes, certains managers se comportent encore aujourd’hui de la même manière avec tous les membres de leur équipe. Ils font ce choix pour des raisons d’équité, par peur de froisser les individus ou juste par facilité, mais c’est rarement la meilleure option. Quand on fait fi des particularités culturelles des employés, ceux-ci ont surtout le sentiment d’être incompris ou ignorés. Ils perdent alors en engagement, en motivation, en efficacité et en fidélité.

Le management interculturel en entreprise est avant tout une question d’adaptabilité. Pour faire face à la diversité, l’idéal reste d’effectuer une gestion des collaborateurs au cas par cas sans imposer sa propre culture. Cette approche individualisée commence dès le parcours d’intégration et doit se poursuivre au quotidien dans l’organisation du travail, dans la manière de communiquer, dans la façon de gérer les conflits et dans le comportement général envers les autres.

De ce fait, si vous voulez vous adapter aux situations et aux particularités de chaque interlocuteur, il est important de savoir manier plusieurs styles de management. L’autre point clé sera votre faculté à faire cohabiter les cultures sans mettre en péril l’esprit d’équipe et les performances collectives. Dans cette optique, vous devrez vous montrer capable de trouver des arrangements et de négocier des compromis pour que tout le monde se sente à l’aise dans le fonctionnement du groupe. Cela sera d’ailleurs encore plus vrai quand vous aurez à gérer une équipe multiculturelle à distance avec des salariés éparpillés aux quatre coins du monde. Outre le décalage horaire, il faudra faire avec les contraintes et les habitudes de chacun. Par exemple, certains outils de communication peuvent être populaires dans un pays, mais pas dans un autre. Et pourtant, il faudra trouver des solutions pour que personne ne se retrouve isolé et exclu des échanges.

3. Pratiquer un management interculturel empathique à base de communication, d’écoute active et de respect

Comme nous l’avons vu, il faut savoir s’adapter aux spécificités culturelles sans porter de jugement hâtif pour réussir à assurer un excellent management interculturel en entreprise. Dans ce sens, il est nécessaire de faire preuve d’une grande intelligence émotionnelle et d’adopter un comportement empathique envers les collaborateurs. Venant d’horizons multiples, chaque membre de l’équipe possède une vision, des valeurs, des habitudes, des attitudes, des connaissances, des compétences et des expériences qui lui sont propres.

Pratiquer un management interculturel empathique à base de communication, d’écoute active et de respect

La communication, l’écoute active et le respect sont donc essentiels pour comprendre les fonctionnements individuels, appréhender les besoins de tous, décoder les réactions, éviter les malentendus ou les confusions et démontrer son ouverture d’esprit par rapport aux particularités de chacun. Grâce à cette approche placée sous le signe de l’humilité, de la proximité et de la liberté d’expression, vous réduirez les blocages au sein du groupe, donnerez confiance aux salariés pour s’épanouir dans un cadre multiculturel et stimulerez l’intelligence collective pour exploiter au maximum les bénéfices de la diversité dans l’entreprise.

4. Lutter contre les stéréotypes, réduire les incompréhensions culturelles et encourager la tolérance

Les Français sont nuls en anglais, les Américains pensent être le centre de l’univers, les Japonais passent leur vie au travail, etc. : si les salariés d’une entreprise ne sont pas sensibilisés au multiculturalisme dès leur onboarding pour se montrer ouverts d’esprit, ce genre de stéréotypes peut vite se répandre en interne. Or, une tendance observée dans certaines cultures ne doit pas être généralisée à tous ses membres. Si des collaborateurs s’appuient sur des clichés pour émettre des jugements sur les personnes avec qui ils doivent travailler, la relation commence sur de mauvaises bases. Tout sera biaisé. Par peur d’être catalogués ou stigmatisés, certains se sentiront mal à l’aise et cacheront leur véritable nature. Évidemment, ce n’est pas bon. Au risque de se répéter, les différences culturelles sont des forces qu’il faut préserver en les respectant au maximum.

Pour lutter efficacement contre les caricatures, le meilleur moyen reste donc de promouvoir la diversité et de brasser intelligemment les cultures à travers des projets transversaux. Chacun aura alors l’occasion de découvrir les autres, de se familiariser avec des comportements étrangers et d’oublier les a priori liés à une nationalité ou une région d’origine. Dans le cadre d’une politique de management interculturel en entreprise, vous devez aussi penser à réduire les barrières linguistiques pour favoriser la compréhension et limiter les malentendus. Désigner une langue commune est une option. Encourager l’apprentissage d’autres langues (ne serait-ce que quelques phrases) permettra de rapprocher davantage les gens. Enfin, la création de lien social via des événements collectifs (team building, séminaires, activités de groupe, etc.) est cruciale. Ces moments de partage renforceront la cohésion malgré l’hétéroclisme culturel au sein des équipes, mais surtout ils encourageront la tolérance vis-à-vis des collègues étrangers qui agissent ou pensent de manière différente.

Management interculturel en entreprise : le mot de la fin

Grâce à cet article, vous disposez maintenant de toutes les clés pour pratiquer un excellent management interculturel en entreprise. Il se peut néanmoins que la mise en œuvre des conseils prodigués ne soit pas si simple au sein de votre organisation cosmopolite. Ainsi, si vous voulez aller plus loin pour apprendre à gérer la diversité culturelle de vos équipes, Moortgat se tient à votre disposition pour vous accompagner et former vos managers par le biais de programmes en blended learning ou en e-learning. N’hésitez pas à nous contacter pour en discuter !

82 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout